Ugo Paleni

ABOUT MY INSTRUCTOR RATING WITH CANADIAN FLIGHT CENTRE (BOUNDARY BAY AIRPORT, CLASS 1: ANNA SERBINENKO): 

SCHOOL/ECOLE: L’ambiance à l’école est très bien. Je ne connais pas vraiment d’élèves là bas, mais je suis toujours avec les instructeurs. Ils sont 5 pour le moment, ils s’entendent tous très bien et on partage de bons moments tous ensemble. Ils ont passé des heures et des heures à m’aider et continuent à le faire pour ma formation et c’est vraiment le plus de l’école en ce qui me concerne pour ma formation. C’est agréable d’avoir des gens qui peuvent te filer des coups de mains dans une bonne ambiance. L’école n’est pas à dominante Canadienne alors en tant qu’expatrié, c’est plutôt cool. Tout le monde connaît tes problématiques. Le directeur de l’école est allemand, Anna est ukrainienne, la dispatch est Australienne et les instructeurs sont chinois, indiens, irakien, jordanien et le dernier vient du Koweit je crois. Pleins de cultures et une grosse influence « européenne » dans les mentalités, c’est vraiment un gros plus je trouve!

AIRPLANES / AVIONS: L’état des avions est nickel. Et surtout une grosse multitude d’avions, ailes hautes, basses, voltiges. On a des 172 qui fonctionnent au kerosene aussi, assez impressionant, il fait le point fixe tout seul, tout est electronique c’est assez fou. Les 150 sont un peu vieux, mais j’ai vu bien pire et ils sont bien entretenus. C’est des 150 quoi…on ne s’attend pas à ce qu’ils soient neufs. 

TRAFFIC A BOUNDARY BAY: En effet y’a pas mal de traffic. Je te dirais que c’est pas non plus Atlanta ou New-York hein, ça reste convenable, il faut juste faire bien attention et les espaces aériens sont un peu plus compliqués que dans le reste du Canada (mais rien à voir comparé avec la région parisienne par exemple). Une fois de plus, je sais par expérience que des gens qui avaient tout fait dans du non contrôlé ont eu du mal à trouver du travail même avec des heures de vols, parce qu’au final les heures c’est bien, mais de l’expérience opérationnelle en anglais dans un aéroport avec du monde c’est mieux. 

Je suis totalement satisfait de mon choix maintenant. Ma plus grosse préoccupation, et je pense que c’est celle de tous les instructeurs en formation, c’est de savoir à quel point il y aura du travail à la sortie. Comme c’est payé à l’heure, sans élèves, ce n’est pas évident. Mais l’école communique énormément, et travaille beaucoup à son développement. Notamment avoir plus d’étudiants internationaux et ils proposent pas mal de choses attirantes comme la check montagne (que je passe mercredi d’ailleurs), la voltige et la qualification « beach landing », plutôt sympa de se poser sur une plage. Ce genre de choses attirent du monde. Je suis d’autant plus satisfait que Anna est une incroyable pilote. Elle est très exigeante quant au travail à fournir et ça ne sera pas l’instructrice « copine » mais elle est d’un très grand professionnalisme elle est très pédagogue et a une qualité et une précision de pilotage que je n’ai jamais vu avant (la voltige a du pas mal aider j’imagine). Les prix, c’est partout un peu pareil à ce niveau là CFC ne se distingue pas vraiment ni d’un côté ni de l’autre.

Contact CFC
1000 characters left